analyse historique

Comment faire une analyse historique dans un travail long?

Cours 101

 

 

Qu’est-ce qu’une analyse historique?

 

Ce n’est pas une analyse personnelle. Ce n’est pas une analyse politique. Ce n’est donc pas un jugement sur l’événement (Jean Tulard nous disait dans ses cours «L’historien est au service de la ‘vérité’ pas de la morale…»). On pourrait dire que l’analyse historique c’est une analyse professionnelle sur un événement historique, une problématique historique, etc… Finalement, l’idée d’analyse renvoie à une réflexion sur un événement et pas à une description de l’événement (i-e, raconter les grands lignes de l’événement avec parfois un peu d’analyse sur ses causes ou sur ses conséquences) comme on le fait souvent dans les travaux de première année de bac. Donc, connaître l’événement et le raconter en profondeur, n’est que le début du travail d’analyse…

L’analyse au bac. est en général, une réflexion basée sur les différentes thèses des historiens sur un événement, ou les différentes analyses des historiens sur un événement. L’étudiant au bacc. ne peut encore aller lui-même dans les archives (bases de l’analyse historique pure), il fera donc confiance aux historiens reconnus (qui sont eux allez dans les archives…) pour utiliser leurs arguments afin de soutenir son analyse historique.

L’étudiant à la maîtrise et doctorat, devra lui-même aller dans les archives pour produire son analyse historique. Mais le procédé intellectuel est le même : Aller à la recherche de preuves (i-e d’arguments historiques) pour soutenir l’analyse d’un événement.

 

Pourquoi faire une analyse historique?

 

Car des études supérieures (universitaires) nécessitent des travaux de niveau supérieur, c’est-à-dire analytiques. Pas besoin de suivre un cours universitaire pour faire un travail descriptif sur les causes de la conquête : un bon dictionnaire, un bon livre de Lacoursière et l’encyclopédie canadienne en ligne et voilà de quoi faire un bon travail descriptif.

Le travail long universitaire est donc sur un autre registre. Il s’adresse à un public averti : votre prof., vos collègues, des lecteurs de revues scientifiques si votre travail est publié, bref des gens qui connaissent déjà l’historique de la conquête. Ils cherchent autre chose dans votre travail : une analyse d’un point particulier. Pour réussir l’exercice (i-e le travail long) il vous faut donc faire une analyse historique.

 

Comment s’y préparer?

 

Pas de lecture = pas d’analyse! Il vous faut donc une solide bibliographie. Il faut lire le plus de livres, d’articles, possibles sur votre sujet. Il faut maîtriser la chronologie de l’événement, le déroulement de l’événement, connaitre l’événement (c’est la première étape, vous le faites en général très bien…). Puis ensuite, il faut chercher l’objet des analyses sur l’événement : qu’est-ce-qui a pu être analysé par les historiens dans l’événement (i-e, mais pas toujours, qu’est-ce-qui a pu poser problème?) : une cause précise? L’importance de l’événement à l’époque? Une conséquence précise de l’événement? Vous saurez que vous avez trouvé un bon objet d’analyse lorsque plusieurs historiens en parlent, parfois ne sont pas d’accord ou que les explications données par chacun sont différentes. En panne pour trouver un objet d’analyse? Allez voir votre prof…

 

Comment faire l’analyse?

 

La meilleure façon de s’assurer de faire une analyse historique et pas un travail descriptif est poser une question (une problématique) dans l’introduction et d’y répondre dans votre travail. La façon la plus efficace de répondre à votre question est de bâtir un plan avec des titres axés sur la démonstration de votre analyse. Votre travail sera une démonstration et pas un résumé de l’événement ou du sujet. Vous sélectionnerez les meilleurs arguments trouvés dans vos lectures (fournis par les historiens sur le sujet) pour soutenir votre analyse. Si les historiens sont en désaccord sur un argument, vous n’êtes pas obligé de trancher la question, vous soulignez le désaccord simplement. Le plus important finalement est de bien faire comprendre au lecteur votre démonstration et de montrer que votre analyse est solide historiquement et n’est pas une simple opinion personnelle sur le sujet glanée au fil de vos lectures.

 

 

Conclusion

 

L’analyse est ce qu’il y a de plus difficile, ne vous découragez donc pas. Comme pour les Jeux Olympiques, ce qui compte c’est de participer ! Bonne chance.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×